Home » Lère de lopulence by John Kenneth Galbraith
Lère de lopulence John Kenneth Galbraith

Lère de lopulence

John Kenneth Galbraith

Published April 1st 1994
ISBN : 9782702114209
Paperback
333 pages
Enter the sum

 About the Book 

John Kenneth Galbraith est né en 1908 dans lOntario. En 1934, il est nommé professeur adjoint à Princeton. De 1940 à 1946, il occupe différents postes dans ladministration fédérale (défense nationale, économie, agriculture). Démocrate, il fut un des principaux collaborateurs de Kennedy, dont il soutint la campagne électorale, et il présida, de 1956 à 1960, le comité économique du parti. Universitaire, il enseigne, depuis 1949, léconomie politique à Harvard (chaire P.M. Warburg). Diplomate, il fut ambassadeur en Inde de 1961 à 1963.Depuis 1965, John K. Galbraith est membre de lInstitut national U.S. des Arts et des Lettres. Il vit à Cambridge (Mass.), aime la peinture indienne des XVIIe et XVIIIe siècles, et le ski.Dans « lÈre de lopulence », John K. Galbraith confronte. nos conceptions sur la société actuelle avec la situation véritable. Les opinions professées par la plupart des économistes - quils soient de droite ou de gauche - reposent sur des faits appartenant à une époque déjà lointaine et qui ne correspondent plus à la réalité présente. Elles continuent néanmoins à régir notre comportement sur le plan économique. Le monde dautrefois, où la pauvreté était générale, a donné naissance à des théories qui ne sont plus compatibles avec une société où règne lopulence. Dans cet univers de pauvreté, la production -- essentielle à la vie elle-même - était primordiale. De nos jours, à une époque de haute industrialisation, il faut au contraire créer sans cesse de nouveaux besoins pour absorber cette production et permettre à lindustrie de poursuivre son rythme, limportant étant moins les biens produits que le travail et le revenu fournis aux hommes. Or une industrie au niveau du plein emploi conduit à linflation, élément dinstabilité économique.Autre source de déséquilibre le contraste choquant entre la surabondance des biens, utiles ou superflus, produits par lindustrie privée, et le dénuement des services publics. Pour rétablir cet équilibre, que Galbraith qualifie de social, il importe de développer le secteur public au détriment du secteur privé.